Stage des 18 et 19 mars

Qu'est-ce qu'un interprète ? 1

Définition littéraire du dictionnaire Larousse :
Personne qui traduit, exprime, représente de telle ou telle façon une œuvre artistique.

Le premier stage du cycle, à partir du poids et de l'élan, nous as permis de construire une partition physique à la fois rythmée et organique, pleine de plaisir.
Nous avons continué nos recherches avec toujours ce désir de ne pas plaquer un compte et une durée à nos mouvements. Mais plutôt, partir de l'intériorité de nos sensations et de leur musicalité et trouver les relations et les coupures avec l'univers sonore extérieur, à l'écoute de soi et de l'autre.
La dernière session de danse a puisé dans l'imaginaire lié à la terre, l'eau, l'air ou le feu afin d'affiner et d'approfondir les énergies et qualités du mouvement. Toujours dans la recherche et l'interrogation de la relation entre rythmes extérieurs et intérieurs, et le développement du goût de nos mouvements.

C'est l'essence même de la créativité de pratiquer l'interprétation à travers les transpositions infinies de nos émotions croisées à nos cellules et à notre culture, et cela dans l'improvisation autant que la composition.
Je vous propose cette fois l'appropriation d'une partition musicale :
créer sa propre relation entre danse et musique à travers l’œuvre de Franz Schubert « La jeune fille et la mort » quatuor n°14
« Vouloir comprendre Schubert, son lyrisme si particulier, mélange de candeur et de visions sombres, c'est commencer par s'immerger dans son univers matriciel : le lied romantique.
Schubert donnera ce conseil : « A écouter en hiver, mais dans mes lieder, le printemps avec toutes ses fleurs est déjà présent ».
Cette dualité entre cendres et braises imprègne le monde poétique dans lequel Schubert vivait sa vraie vie. » Gil Pressnitzer


Et toujours :
Plonger dans le poids du corps détendu et y découvrir de l'espace.
Libérer le centre par les appuis pour trouver l'espace extérieur en compagnie de son espace intérieur.
Se laisser porter , entraîner, essorer par des rythmes musicaux, les laisser vibrer dans le silence.
Entre laisser-faire et élaborations de partitions physiques, un week-end de danse profonde et joyeuse !

« Comme dans la musique contemporaine, la danse du même nom a pris ses distances avec la régularité à l'intérieur du cadre rythmique.
Depuis les travaux des pionniers de la danse moderne, elle s'est affranchie du rapport de dépendance qu'elle entretenait autrefois avec la musique.
Il est aujourd'hui fréquent que des artistes créent une chorégraphie dans le silence, la création musicale intervenant ensuite. En fait, ce «divorce» entre musique et danse a fait naître toute une richesse de possibilités de lien entre les deux : accord partagé, distance-rapprochement, l'une avant l'autre, l'autre suivant l'une, création simultanée, divergences et retrouvailles rythmiques, etc...
Ce sont aujourd'hui de libres partenaires.
Le rythme d'une danse naît de la qualité des mouvements, de leur énergie, de leur suspension, de leur silence et de leur rapport à l'espace en tant que durée... comme dans la peinture... » AMC

Dates :
  • Les 18 et 19 mars 2017
Horaires :
  • Samedi 18 de 14h à 18h, dimanche 19 de 9h à 13h
Tarifs :
  • 50 euros un week-end
  • 30 euros pour le samedi seul
  • Adhésion obligatoire à l'association 10 euros pour la saison 2016 - 2017
Lieu :
  • Le Pôle Nord - Cie Agence de Voyages Imaginaires - 117 traverse Bovis - 13016 Marseille l'Estaque
Informations :

    Articles les plus consultés